Le Grand Soir, 22 avril 2012



Bahreïn : affrontements violents et escalade des manifestations pour la démocratie (The Independent)
Emily Dugan, David Tremayne


Des milliers de manifestants dans les rues après la découverte du corps criblé de balles d’un militant


Hier, des foules de manifestants masqués ont lancé des cocktails molotov sur la police de Bahreïn qui a riposté par des gaz lacrymogènes, transformant les rues en champ de bataille à la veille du Grand Prix de Formule 1 que les manifestants qualifient d’événement à la gloire d’un gouvernement répressif. Environ 7000 marcheurs ont brandi des pancartes exigeant des réformes démocratiques tandis que la police brutalisait des manifestants.


Le gouvernement du Bahreïn a dépensé prés de £25 millions pour accueillir l’événement sportif dans l’espoir de montrer le retour à la normale dans ce royaume du Golf après les violentes répressions l’année dernière contre les manifestations du Printemps Arabe. Mais les images impressionnantes de fumées et de rues encombrées de débris risquent d’embarrasser Formule Un et les généreux sponsors de grandes marques.


Les manifestants ont été scandalisés par la mort d’un des leurs, dont le corps criblé de balles a été découvert sur le toit d’une maison tôt hier après des affrontements avec la police. Des militants de l’opposition ont déclaré que Salah Abbas Habib, 36 ans, faisait partie d’un groupe de manifestants qui ont été battus et subi des tirs par balles de la police, vendredi dans la village chiite de Shakhura, situé à environ 10km à l’ouest de la capitale, Manama. Le ministre de l’intérieur du Bahreïn a tenté de calmer la colère déclenchée par la mort en annonçant l’ouverture d’une enquête pour « homicide ». Le corps de M. Habib a été emporté vers un hôpital où les forces de sécurité empêchent la famille de s’en approcher.


La population à majorité chiite tente de briser le quasi monopole de pouvoir exercé par la majorité sunnite. Au moins 50 personnes ont trouvé la mort lors d’affrontements avec la police depuis février 2011, au cours de ce qui constitue la plus longue protestation de rues du Printemps Arabe. Le Royaume est dirigé par la dynastie sunnite al-Khalifa, qui possède les droits sur les courses de Formule 1 et qui entretient des liens très étroits avec l’Occident.


De la fumée noire s’élevait hier des barricades de pneus enflammés dans les villages à majorité chiite alors que les manifestations contre le régime se poursuivaient. Dans le village de Diraz, dans le nord-ouest, des milliers ont marché en protestation de la mort de M. Habib. Certaines des manifestations les plus virulentes se sont déroulées dans un quartier proche de son domicile, près d’al-Bilad al-Quadeem.


Des dizaines de véhicules blindées étaient positionnées le long de l’autoroute qui mène à la piste de course à l’extérieur de la capitale pour tenter d’épargner l’événement sportif. Des équipes ont été aperçues en train d’arracher des affiches décrivant les tueries lors du soulèvement, affiches qui avaient été posées de chaque côté de l’autoroute principale de Manama, empruntée par les équipages de F1 et les fans.


Sur la piste de course elle-même, des gardes armés assuraient la sécurité 24/24h. Les pilotes ignorent tout des événements à l’extérieur. Lorsqu’on lui a demandé ce qu’il pensait de la mort d’un manifestant, Sebastien Vettel a répondu : « c’est la première fois que j’en entends parler. Je ne sais pas ce qui s’est passé, alors il est difficile de faire un commentaire. »


Lorsqu’on a demandé au pilote britannique de F1, Lewis Hamilton, quel était son message pour les fans au Moyen Orient, il a ignoré les manifestations en déclarant : « j’apprécie beaucoup tout ce soutien et j’espère qu’ils seront nombreux ce week-end. »


Le Centre pour les Droits de l’Homme de Bahreïn a rapporté hier que des manifestants avaient été gravement blessés au cours des affrontements de vendredi et samedi avec la police, dont certains souffraient de blessures à la tête et de membres brisés. Ils affirment qu’un manifestant, Mohammed Hassan, 26 ans, a été battu et arrêté vendredi soir et n’a pas droit à un avocat. Après avoir été emmené à l’hôpital Salmaniya, il semblerait qu’il soit en prison. Les organisateurs pensent qu’il a été ciblé pour son apparition le mois dernier à la télévision US dans l’émission Dan Rather Reports.


Le Dr. Jasim Husain, ancien député du principal parti d’opposition Al Wefaq, qui a démissionné en signe de protestation contre les événements de l’année dernière, a dit que la mort de M. Habib révélait de « graves problèmes » au sein des services de sécurité, et a averti que son enterrement pourrait donner lieu à de nouvelles protestations. Cependant, malgré les violences du gouvernement contre les manifestants, il croit que la course de F1 devrait se poursuivre. « L’annulation de la compétition ne ferait que renforcer les extrémistes du régime qui en profiterait pour renforcer le répression. »


Tandis qu’un groupe de manifestants se rassemblaient hier devant le siège de F1 à Londres pour protester contre la tenue de la compétition à Bahreïn, la famille du dissent Abdulhadi al-Khawaja qui poursuit une grève de la faim depuis deux mois, a déclaré que ce dernier n’avait peut-être plus que quelques heures à vivre.

 

http://www.independent.co.uk/news/world/middle-east/violent-...


traduction « attendons que Reporters Sans Frontières appelle au boycott des JO de Bahreïn » par VD pour le Grand Soir avec probablement les fautes et coquilles habituelles (ce petit brin de cynisme qui fait tout son charme)

 

Add comment


Security code
Refresh

accueil
Dichiarazione per la Privacy - Condizioni d'Uso - P.I. 95086110632 - Copyright (c) 2000-2021