lundi 7 août 2006


Les raisons d’une arrestation



Le vendredi 4 août dernier, le Directeur de Publication et le Directeur de la Rédaction de l’hebdomadaire indépendant «Le Républicain» ont été arrêtés, sur plainte de l’Etat du Niger. MM. Maman ABOU et Oumarou KEÏTA sont sous le coup de deux (2) chefs d’accusation : propagation de fausses nouvelles et diffamation contre l’Etat du Niger. Officiellement, c’est un article publié par «Le Républicain» le 28 juillet 2006, portant sur une analyse générale de la situation politique et économique du Niger et l’ouverture du pays à d’autres puissances qui a servi de prétexte facile au Premier ministre pour engager sa cabale. Mais la vraie raison de notre arrestation est à rechercher ailleurs. Cette cabale du Premier ministre trouve sa justification dans les révélations du journal «Le Républicain» sur des cas de mauvaise gestion, de détournements des derniers publics, de malversations diverses…

Notre journal s’est particulièrement illustré dans la dénonciation des cas de mal gouvernance dont le gouvernement de Hama Amadou est passé maître. Le dernier cas en date est l’audit des fonds octroyés par les partenaires techniques et financiers (PTF) pour appuyer l’éducation de base au Niger. En son temps, «Le Républicain» a publié les preuves de détournement de ces fonds. Ce qu’ils avaient démenti à l’époque. Malheureusement pour eux.

L’audit indépendant commandité par les mêmes PTF a permis de mettre au grand jour leurs malversations qu’ils ont fini par reconnaître toute honte bue. Ce qui a occasionné le limogeage des deux ministres ayant géré le Ministère de l’Education de base au moment des faits. Pour le reste, les exigences des PTF, à savoir les sanctions contre les auteurs de cette gabegie et le remboursement des fonds détournés ne sont toujours pas suivis d’effet. Conséquence : 26 milliards FCFA et d’autres appuis bloqués, la rentrée scolaire 2006/2007 hypothéquée, l’image du Niger aux yeux de l’extérieur largement entamée…

Les PTF et les citoyens nigériens attendent que lumière soit faite, les autorités traînent les pieds. Car cette affaire risque d’éclabousser de nombreuses grosses pointures du régime en place. L’ancien ministre de l’Education de base, Hamani Harouna, n’a-t-il pas dit qu’il a agi avec l’accord de ses supérieurs hiérar-chiques ? Avant cette affaire, beaucoup d’autres ré-vélations ont été faites par le journal sur des cas de malversations et de détournements de deniers publics qui sont le fait du régime en place : affaire Zaïnab, LAP, PSOP , l’audit de l’Union Européenne, des fonds PAPASS, Etc. En réalité l’alibi que constitue la publication de l’article «Hama lâche l’Occident pour l’Iran» pour nous priver de nos libertés est l’arbre qui cache le forêt. La forêt, ce sont tous les autres articles d’investigations publiés depuis que ce gouvernement gère la destinée du Niger. Pour la seule année 2006, nous avons prouvé des détournements portant sur plusieurs milliards de francs et confirmés par un audit impartial. Alors ! Qui doit aller en prison ?

Maman ABOU/Oumarou KEÏTA
 

Add comment


Security code
Refresh

accueil
Dichiarazione per la Privacy - Condizioni d'Uso - P.I. 95086110632 - Copyright (c) 2000-2018