Sénégal, 15 janvier 2009 - Le président Nicolas Sarkozy a exprimé devant le Conseil des ministres son "émotion" et sa "préoccupation" après la condamnation à Dakar de neuf homosexuels sénégalais à huit ans de prison, a rapporté mercredi le porte-parole du gouvernement, Luc Chatel


(Nicolas Sarkozy)




15/01/2009 09:43:37 - AFP -

Homosexuels incarcérés au Sénégal: Sarkozy ému et préoccupé

Le président Nicolas Sarkozy a exprimé devant le Conseil des ministres son "émotion" et sa "préoccupation" après la condamnation à Dakar de neuf homosexuels sénégalais à huit ans de prison, a rapporté mercredi le porte-parole du gouvernement, Luc Chatel.

"Le président a souhaité que le Conseil des ministres exprime son émotion, sa préoccupation sur la situation des neuf militants emprisonnés", a déclaré M. Chatel en rendant compte à la presse des travaux du Conseil.

La ministre de la Santé Roselyne Bachelot a fait part de son "indignation" à la suite de l'emprisonnement de ces neuf personnes "au motif de leur homosexualité". Dans un communiqué, Mme Bachelot indique avoir, lors du Conseil des ministres, demandé au ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner "d'intervenir auprès des autorités sénégalaises afin d'obtenir la remise en liberté de ces personnes".

Dans un courrier adressé à Mme Bachelot, l'association de lutte contre le sida, Aides, a appelé le gouvernement français à protester auprès des autorités de Dakar après la condamnation des neuf militants homosexuels, dont le président de sa branche sénégalaise.

Ces neuf personnes ont été condamnées pour "conduite indécente, actes contre-nature et association de malfaiteurs", a précisé Aides.

Selon les observateurs, l'homophobie gagne du terrain au Sénégal, pays à 95% musulman, où l'homosexualité est officiellement interdite et passible, selon le Code pénal, d'une peine allant d'un à cinq ans d'emprisonnement.

Le ministère des Affaires étrangères a "déploré" les condamnations de ces personnes et souhaité qu'elles "puissent être rapidement libérées".

Le porte-parole du Quai d'Orsay, Eric Chevallier, a rappelé que 66 pays venaient de soutenir aux Nations unies une déclaration demandant la dépénalisation universelle de l'homosexualité, présentée au nom de la France par la secrétaire d'Etat aux droits de l'Homme, Rama Yade.

"Alors que nous venons de célébrer le 60e anniversaire de la déclaration universelle des droits de l'Homme, qui affirme que chacun peut jouir des droits qui y sont énoncés sans aucune discrimination et notamment de sexe, nous rappelons la nécessité pour tous les Etats de garantir le respect des droits de l'Homme à tous les individus, quelle que soit leur orientation sexuelle", a déclaré M. Chevallier.
 

Add comment


Security code
Refresh

accueil
Dichiarazione per la Privacy - Condizioni d'Uso - P.I. 95086110632 - Copyright (c) 2000-2021