Le saker francophone, 13 octobre 2016
 
L’empereur et le druide
Ugo Bardi – Source Cassandra Legacy
 
Avez-vous déjà rêvé de vivre à l’époque romaine ? Oui, ces temps anciens et glorieux où les Romains avaient conquis tout le monde connu et se maintenaient au pouvoir au moyen de leurs légions, leurs lois et leur culture. Mais, si vous aviez été un ancien Romain, vous auriez dû savoir que vous aviez un problème : l’Empire romain a souvent été sous la menace des rébellions ou des barbares. Et, en tant que personne du XXIe siècle rêvant de ces temps anciens, vous savez que, par la suite, l’empire s’est effondré. Vous savez que Rome a été prise et pillée, que les légions romaines ont été vaincues et dispersées, que les voies romaines se sont perdues et ont été oubliées. C’est comme cela que l’histoire s’est écrite, mais était-ce vraiment inévitable ? Ou se pourrait-il qu’un empereur sage ait pu faire quelque chose pour éviter cela ?
 
 
Ce texte était à l’origine une partie du livre que j’écris, L’effet Sénèque, où il était conçu pour illustrer comment les nouvelles technologies peuvent aggraver les problèmes, plutôt que les résoudre. Ensuite, le livre a pris un aspect et une structure où cette pièce ne rentrait plus, donc je l’ai enlevée, mais je vous la présente sous forme d’un article.
 
Alors, imaginez qu’une magie puissante vous transfère en ces temps reculés, sous la forme d’un druide vivant dans la brumeuse Britannia, un ancêtre de Merlin le sage, assez intelligent pour comprendre que quelque chose est pourri dans l’Empire romain. Ensuite, vous savez qu’il est une tradition chez les druides d’alerter les rois et les chefs des dangers à venir. Après tout, en tant que personne du XXIe siècle, vous savez que Merlin l’a fait pour le roi Arthur. Donc, vous voudriez faire la même chose pour l’empereur romain. Vous voulez utiliser vos connaissances du XXIe siècle afin de sauver l’empire.
 
Imaginons que ce druide vive pendant l’âge d’or de l’Empire, l’époque des empereurs sages. Et imaginons que l’empereur sage du moment est en réalité Marc-Aurèle, l’empereur philosophe qui nous a laissé des pensées que nous lisons encore aujourd’hui. Donc, vous, en tant que druide, quittez votre ville d’Eburacum (que nous appelons aujourd’hui York), dans la brumeuse Britannia, pour marcher vers Rome. Votre notoriété vous a précédé et, quand vous arrivez à Rome, l’Empereur vous reçoit, heureux de rencontrer un tel homme sage d’une province éloignée de l’Empire. Donc, vous êtes en face de l’empereur. Il a l’air sage, lui aussi, avec sa barbe grise et sa toge trabea solennelle , teinte dans le pourpre sacré, comme il sied à un empereur régnant.
 
Comment pourriez-vous utiliser vos connaissances du XXIe siècle pour aider Marc-Aurèle à sauver l’Empire ? Peut-être que vous auriez voulu lui dire quelque chose comme ça.
 
    Empereur, salutations de la lointaine Britannia ! Salutations d’un druide dont plus d’un disent qu’il est sage. Mon cher Marc, j’ai marché tout ce chemin d’Eburacum à Rome pour vous conseiller ; écoute mes paroles ! L’Empire est en difficulté, en grande difficulté. Les mines d’or d’Iberia ne produisent plus d’or en abondance, comme elles le faisaient il y a longtemps, et les coffres de l’État se vident. Et, sans autant d’or et d’argent pour payer les légionnaires, les légions ne seront plus aussi nombreuses qu’elles devraient l’être. Et le peuple de l’Empire souffre sous le poids de la taxation nécessaire pour garder en état les fortifications qui protègent l’Empire de ses ennemis. Empereur, les légions sont de plus en plus petites, les gens plus pauvres, et les fortifications moins sûres. Et les barbares qui entourent l’Empire sont nombreux et belliqueux et tous les jours ils deviennent plus nombreux et plus belliqueux. Empereur, si vous ne faites pas quelque chose, un jour, les barbares envahiront les fortifications, ils vont vaincre et disperser les légions, puis ils vont assiéger et prendre Rome. Et le grand Empire romain ne sera plus.
 
    Mais, empereur, j’ai une si grande sagesse à laquelle je peux accéder par mes pouvoirs de druide, et cette sagesse peut aider l’Empire ! Tout d’abord, je peux vous dire qu’il y a de grandes terres de l’autre côté de l’océan. C’est un long voyage jusque là, mais si vous envoyez des navires vers ces terres lointaines, vous pourrez trouver de l’or en abondance et renflouer les caisses de l’Empire, et avec cet or vous pourrez payer vos légionnaires et l’armée romaine sera à nouveau aussi forte qu’elle l’était dans les temps anciens. Puis, empereur, je peux vous dire que, du pays d’où je viens, il existe des pierres noires qui brûlent [le charbon, NdT]. Et ces pierres noires sont incroyablement abondantes. Si vous pouvez y envoyer des gens pour creuser des mines, avec ces pierres noires, vous pourrez construire de grandes machines métalliques qui, à leur tour, permettront de construire des machines plus grandes et encore plus grandes. Et ces machines vont faire le travail de nombreux hommes, et apporter la prospérité à l’Empire. Et, enfin, empereur, je peux vous dire comment créer une poudre qui brûle ; et elle brûle si vite qu’elle fait un grand bruit et produit un souffle énorme. Et cette poudre peut être faite pour prendre feu à l’intérieur d’un tube métallique. Et si d’un côté, le tube est maintenu fermé et que l’autre est ouvert, vous pourrez placer une balle de plomb dans le tube, et le feu de la poudre projettera la balle très vite et à une grande distance. Cette boule peut tuer les gens et avec cette arme, vos légions pourrons facilement vaincre les barbares. Ceci est la sagesse que je vous apporte, empereur.
 
L’empereur vous regarde, perplexe. Il caresse sa barbe grise pendant un certain temps. Puis il parle:
 
    Druide, je vois que vous savez beaucoup de choses, et certaines de ces choses sont vraiment merveilleuses à entendre. Et peut-être, Druide, êtes-vous vraiment aussi sage que certains le disent. Pourtant, je crois pouvoir dire que votre connaissance n’est peut-être pas de la sagesse, après tout. Permettez-moi de vous dire quelque chose à propos de ce que vous proposez. Tout d’abord, il peut être vrai qu’il y a des terres de l’autre côté du Grand Océan. Et il peut aussi être aussi vrai qu’il y a de l’or dans ces terres. Mais, Druide, il y a de l’or aussi dans les terres beaucoup plus proches ; et vous devez savoir que mon prédécesseur, le bon empereur Trajan, les Dieux bénissent sa mémoire, essaya d’envahir la terre que nous appelons Dacia [la Roumanie, NdT], en vue d’obtenir l’or dont nous connaissions l’existence là. Et vous devez savoir, Druide, que les légions romaines se sont battues durant une longue période et se sont couvertes de gloire en conquérant cette terre et ont ramené beaucoup d’or à Rome, Mais, Druide, laissez-moi vous dire aussi que l’effort était très grand et que la quantité d’or qui a pu être ramenée à Rome n’était pas assez grande pour avoir pu justifier cette conquête. Et donc, si l’obtention d’or d’un pays proche a été si difficile et si chère, combien d’efforts en plus nous faudra-t-il pour l’obtenir à partir d’un autre pays beaucoup plus éloigné, de l’autre côté de l’océan, comme vous le proposez ?
 
    Ensuite, Druide, laissez-moi vous dire quelque chose sur les grandes machines que vous proposez de construire et d’alimenter en utilisant ces pierres noires dont je connais l’existence dans les régions éloignées de Britannia. Oui, peut-être que ce serait possible. Mais le travail de beaucoup d’hommes serait nécessaire pour creuser dans ces pierres noires. Devrons-nous affaiblir nos fortifications ou prendre des hommes à l’agriculture pour faire cela ? Et pour amener les pierres ici, aurons-nous besoin d’une flotte de navires ? Mais cette flotte est déjà engagée à amener le grain à Rome, afin de nourrir les Romains [d’Égypte, NdT]. Et, si nous envoyons cette flotte à Britannia pour charger les pierres noires et les transporter à Rome, que vont manger les Romains ? Voulez-vous qu’ils mangent des pierres ?
 
    Et, enfin, Druide, au sujet de ces tubes métalliques qui peuvent tuer les gens à distance ; oui, je comprends que cela pourrait être une arme puissante. Mais, Druide, qu’est-ce qui empêcherait nos ennemis, les barbares, d’obtenir ces tubes eux-mêmes et de les utiliser contre nous ? Et s’ils devaient vraiment en construire de plus grands, les utiliseraient-ils pour faire tomber les grands murs qui défendent l’Empire et la ville de Rome ?
 
L’empereur ne cesse de caresser sa barbe grise, en vous regardant. Il reste silencieux pendant un moment, puis il parle de nouveau, l’air très solennel dans sa toge pourpre.
 
    Druide, je comprends que vous soyez sincère de me dire les choses que vous me dites et vous semblez vraiment vouloir aider l’Empire. Pourtant, je pense que cette prétendue sagesse qui est la vôtre n’est pas utile à l’Empire et peut-être serait-elle même dangereuse pour lui. Et, Druide, vous devez comprendre que je suis l’empereur des Romains et que j’ai le pouvoir de vie et de mort sur tout le monde dans la ville de Rome et aussi sur tout le monde dans les limites de l’Empire. Et si j’utilise ma puissance, c’est pour protéger l’Empire des choses que je juge dangereuses pour l’Empire. Donc je pense que je pourrais utiliser ce pouvoir pour trancher votre tête, de sorte que cette connaissance qui est la vôtre ne soit plus un danger pour l’Empire. Comme je suis engagé sur les chemins de la philosophie, je ne le ferai pas. Mais permettez-moi de vous faire escorter pour votre retour à Eburacum, dans les régions éloignées de Britannia, où je crois que vous allez rester et d’où vous ne reviendrez jamais.
 
 
 
Liens
 
Voici un écho à ce texte par Patrick REYMOND qui publie d’excellentes chroniques sur son blog lachute.over-blog.com dont celle là qui s’appuie sur ce texte d’Ugo Bardi: L’après bataille de Cannes.
 
Traduit par Hervé, vérifié par Wayan, relu par nadine pour le Saker Francophone
 
 

Add comment


Security code
Refresh

accueil
Dichiarazione per la Privacy - Condizioni d'Uso - P.I. 95086110632 - Copyright (c) 2000-2017
credits: salernodev