Al-Oufok, 26 décembre 2011


La radicalisation des ultra-orthodoxes inquiète en Israël
par La Rédaction


La discrimination contre les femmes prônée par certains Juifs ultra-orthodoxes a dégénéré ces derniers jours, dans la ville de Beit Shemesh, près de Jérusalem, où vit une importante population religieuse. Des heurts ont éclaté lundi après-midi entre des policiers israéliens et plusieurs centaines d’ultra-orthodoxes réclamant bruyamment une séparation stricte entre hommes et femmes, a constaté l’AFP. Un policier a été légèrement blessé par un jet de pierre et plusieurs manifestants interpellés, a précisé le porte-parole de la police, Micky Rosenfeld.


Des groupes de "harédim" ("craignant Dieu") ont pris à parti policiers et journalistes, les molestant et leur intimant de "dégager", selon des témoins. Ils leur ont aussi lancé des oeufs et ont brûlé des poubelles. Plusieurs pancartes exhortant à séparer les hommes des femmes dans l’artère principale du quartier ultra-orthodoxe de Beit Shemesh, qui avaient été enlevées par les policiers, ont été réinstallées par des habitants.


Beit Shemesh, une cité de près de 80 000 habitants, située à 30 km à l’ouest de Jérusalem, est majoritairement peuplée de Juifs religieux, parmi lesquels une importante communauté ultra-orthodoxe, en pleine expansion. Une équipe de la chaîne 10 de la TV israélienne, qui filmait lundi dans le quartier, a dû appeler la police à la rescousse après avoir été encerclée par une foule hostile, a précisé M. Rosenfeld.


La police avait pourtant renforcé ses patrouilles à Beit Shemesh où une équipe de télévision avait déjà été agressée dimanche alors qu’elle filmait des panneaux enjoignant aux femmes de ne pas s’arrêter devant une synagogue. À la suite de cette agression, un habitant du quartier a été arrêté.


Une frange de la population religieuse israélienne semble s’être récemment radicalisée, adoptant une lecture rigoriste de la séparation entre hommes et femmes, exigée, dans certains cas, par la loi juive, la "Halakha". De nombreux écriteaux sont visibles dans les rues de Beit Shemesh, exhortant les femmes à se vêtir "modestement", avec des manches et des jupes longues. Les médias se sont fait l’écho ces dernières semaines de nombreux incidents, notamment des attaques verbales et physiques contre des femmes ultra-orthodoxes et des tensions provoquées par le refus de certaines de s’asseoir à l’arrière des autobus.


La ségrégation est pratiquée sur les lignes de bus fréquentées par les religieux depuis la fin des années 1980, mais les prises de position de femmes ultra-orthodoxes contre cette pratique, relayées par la presse récemment, ont particulièrement ému l’opinion publique. Des organisations féministes se sont par ailleurs opposées, avec succès, à la pratique tacite de certains publicitaires qui consistait à faire disparaître les images de femmes des affiches dans les quartiers à majorité religieuse, notamment à Jérusalem, sous la pression de la communauté ultra-orthodoxe.


"Depuis son établissement, l’État d’Israël est beaucoup trop tolérant vis-à-vis de l’intolérance des ultra-orthodoxes qui ne reconnaissent pas le droit à l’égalité, et donc les droits des femmes, pourtant inscrits dans la loi fondamentale israélienne", estime Frances Raday, professeur émérite de droit à l’Université hébraïque de Jérusalem, spécialisée dans le droit des femmes. Selon elle, la tendance des ultra-orthodoxes est à la "radicalisation". "C’est à qui sera plus sacré que le pape. Et l’État ne fait rien pour inverser cette tendance", déplore-t-elle.

Add comment


Security code
Refresh

accueil
Dichiarazione per la Privacy - Condizioni d'Uso - P.I. 95086110632 - Copyright (c) 2000-2020