Demain online, 7 mai 2012



Un mois de prison ferme pour critiquer une adjointe du procureur
Thami Afailal


Rabat.- La justice de Sa Majesté est implacable. Abdeslam Hatab, un vieillard âgé de 81 ans a été condamné jeudi dernier par le tribunal de prmière instance de Kénitra à un mois de prison ferme pour avoir dit, une dizaine de jours plus tôt, à une adjointe du procureur du roi qu’il « n’y avait pas de justice au Maroc ».


Indignée par cette affirmation, somme toute banale, et surtout vraie de vraie, notre adjointe a demandé que le vieillard soit arrêté sur le champ et incarcéré à la prison locale.


C’est là où ce vieil homme est resté une dizaine de jours au milieu de truands, de voleurs et d’assassins ; et dans des conditions qui le moins que l’on puise dire c’est qu’elles ne sont pas très adéquates pour une personne de son âge.


En dépit de demandes successives de l’avocat de Hatab pour que son client ne soit pas jugé en état d’arrestation pour ce « crime horrible », le procureur du roi à Kénitra a refusé de le libérer.


L’esprit de corps dans le corps pourri de la magistrature marocaine est très vigoureux.


Le jour des faits, celui où une adjointe a envoyé un vieillard en prison, Hatab se trouvait au tribunal pour un simple litige immobilier.


Et dire que nous avons au Maroc un ministère de la justice et des…libertés.

 

 

Add comment


Security code
Refresh

accueil
Dichiarazione per la Privacy - Condizioni d'Uso - P.I. 95086110632 - Copyright (c) 2000-2021