Communiqué du Groupe TelQuel


Forte condamnation des saisies de TelQuel et Nichane


Le Groupe TelQuel condamne avec force et énergie la saisie et la destruction de 100 000
exemplaires des magazines TelQuel et Nichane, dont il est l’éditeur, sur décision des
autorités publiques marocaines. Samedi 1er août, alors que ces exemplaires étaient encore
sous presse, le ministère de l’Intérieur a en effet ordonné leur saisie, puis leur destruction
dans les locaux même de leur imprimerie. Les autorités reprochent à TelQuel et Nichane
d’avoir voulu publier, en partenariat avec le journal français Le Monde, un sondage
d’opinion sur le bilan des 10 ans de règne de Mohammed VI. Même si les résultats de ce
sondage démontraient que les Marocains plébiscitent le souverain dans leur écrasante
majorité – 91% estiment en effet que son bilan est « positif » à « très positif » –
le porte-parole du gouvernement a jugé que « la monarchie ne pouvait être sujette
à débat, même dans le cadre d’un sondage ».
Selon l’agence de presse officielle MAP, cette double saisie serait intervenue parce que
TelQuel et Nichane auraient « enfreint les dispositions légales en vigueur ». Or il n’existe
aucune loi au Maroc qui interdise ou contraigne les sondages d’opinion. Cette double
mesure de saisie est donc illégale – d’autant plus qu’elle n’a pas été officiellement motivée,
comme le prévoit la loi, et qu’aucune mesure légale ou réglementaire n’autorise les autorités
à détruire les exemplaires de journaux saisis avant une décision de justice.
Par cette saisie et cette destruction, le gouvernement du Maroc s’attaque une nouvelle
fois à la liberté de presse et d’opinion – ce qui démontre de manière éclatante que la
« démocratisation » du régime est un processus semé d’embûches. Ceux qui, à l’occasion de
l’anniversaire des 10 ans de règne de Mohammed VI, ont sincèrement rendu hommage au
« Maroc qui avance », constatent aujourd’hui qu’il n’est pas non plus à l’abri des reculs.
Dans les démocraties achevées, les sondages d’opinion, même au sujet d’un chef d’Etat
non élu, sont non seulement un vecteur d’expression démocratique et populaire, mais un
indispensable outil de gouvernance publique. Tout en dénonçant et condamnant fermement
cette double saisie, le Groupe TelQuel affirme avec force et conviction qu’il continuera à
défendre les idéaux démocratiques, et à présenter chaque semaine à ses lecteurs, selon
son credo, « Le Maroc Tel Qu’il est ».
TelQuel et Nichane reparaîtront en kiosque en début de semaine prochaine.


Groupe TelQuel
Casablanca, dimanche 2 août 2009

Add comment


Security code
Refresh

accueil
Dichiarazione per la Privacy - Condizioni d'Uso - P.I. 95086110632 - Copyright (c) 2000-2022